VIOLATION FLAGRANTE DES DROITS DES PRISONNIERS AU BURUNDI

Divers sévices sont administrés à certains prisonniers jugés non désirables par le pouvoir du cnddfdd dans toutes les prisons du Burundi.

Dernièrement c’était l’ancien député Banciryanino Fabien qui était placé quelques jours dans l’isolement à la prison centrale de Mpimba sans accès aux médicaments de sa maladie diabète.

L’ancien député est reproché d’une faute d’écouter les doléances d’un détenu qui a été libéré par les juges depuis une année mais qui croupisse toujours dans la prison de Mpimba.

Il a été placé également en isolement correctionnel pour avoir écrit une lettre aux autorités pénitentielles pour dénoncer les mauvaises conditions carcérales et violations des droits des prisonniers a Mpimba.

Banciryanino n’est pas le seul à subir de lels cas. D’autres prisonniers à Rumonge, Muramvya, Gitega…sont battus, mis en isolement, payent des amandes sous l’ordre d’autres prisonniers proches du pouvoir, accusant leurs collègues d’être des non favorables au régime actuel cnddfdd,

L’Association des Amis de la Nature estime que de tels actes sont des violations flagrantes des droits des prisonniers à bannir immédiatement. Raison par laquelle l’organisation invite les autorités burundaises particulièrement celles de la justice et pénitentielles de cesser sans condition ce honteux système de violer les droits des prisonniers au vue et au su des autorités sous l’obligation de protéger les victimes en question.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s